Sélection de la langue

Recherche

ODD 5 : Égalité entre les sexes

Sur cette page

Le point de vue environnemental

Les répercussions des changements climatiques, l'utilisation et la perte de la biodiversité ainsi que d'autres problèmes environnementaux peuvent être vécus différemment chez les femmes, les hommes et les personnes de diverses identités de genre en raison d'inégalités sociales préexistantes fondées sur des facteurs d'identité sociale dont, entre autres, le genre, la race, l'ethnicité, l'âge, et l'incapacité physique ou mentale. L'accent mis dans ce chapitre sur une augmentation de la participation des femmes canadiennes dans le secteur de l'environnement et des technologies propres pour faire avancer l'égalité des genres dans le processus décisionnel lié à l'environnement et aux changements climatiques soutient les cibles suivantes du Cadre mondial d'indicateurs relatifs aux ODD : 5.1 : Mettre fin, partout dans le monde, à toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes et des filles; 5.5 : Garantir la participation entière et effective des femmes et leur accès en toute égalité aux fonctions de direction à tous les niveaux de décision, dans la vie politique, économique et publique; et 5.c : Adopter des politiques bien conçues et des dispositions législatives applicables en faveur de la promotion de l'égalité des sexes et de l'autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles à tous les niveaux et renforcer celles qui existent.

Au Canada, il existe des différences selon le genre (en anglais seulement) dans les attitudes en ce qui concerne l'environnement, l'utilisation et la perte de la biodiversité et les changements climatiques qui peuvent avoir une incidence sur le soutien des efforts d'atténuation et d'adaptation; des différences importantes dans la participation aux activités liées à la gouvernance et à l'emploi dans le domaine de l'environnement; des liens entre les catastrophes naturelles et la diminution de la santé mentale, en particulier, chez les femmes et les personnes de diverses identités de genre; de même qu'une augmentation de la violence basée sur le genre.

Malgré les répercussions sexospécifiques et intersectorielles des changements climatiques et de la perte de biodiversité, les femmes au Canada et partout dans le monde sont considérablement sous-représentées dans les processus décisionnels associés à l'environnement et à la lutte contre les changements climatiques. Les femmes sont également souvent sous-représentées dans des secteurs particuliers de l'économie et dans les postes gouvernementaux, notamment le secteur de l'environnement et les professions. Par exemple :

  • en 2016, les femmes représentaient moins du tiers (28,7 %) des exploitants agricoles au Canada, et en moyenne, les exploitantes agricoles possédaient moins de terre et empruntaient davantage pour l'ensemble de leur terre agricole (71,3 %) que leurs homologues masculins qui empruntaient pour un peu plus de 50 % de l'ensemble de leur terre agricole;
  • en 2016, les femmes représentaient seulement 14 % de la main-d'œuvre canadienne du secteur minier;
  • en 2017, les femmes représentaient 26 % des personnes employées dans le secteur de l'énergie du Canada;
  • en 2019, les femmes occupaient 41 % des emplois du secteur canadien des technologies propres;
  • en 2019, les deux tiers des diplômés canadiens d'études postsecondaires en sciences, technologie, génie et mathématiques étaient des hommes, et la disparité était encore plus marquée dans les programmes de génie et de sciences informatiques et les métiers spécialisés;
  • en 2020, à l'échelle mondiale, les femmes occupaient 15 % des postes clés, comme ministre à la tête d'un ministère lié à l'environnement.

Il est important d'inclure des personnes et des groupes de personnes diversifiés, en particulier ceux qui sont confrontés à des inégalités systémiques dans les processus décisionnels en matière d'environnement, en tant que participants égalitaires, significatifs et à part entière. Ainsi, cela aidera à garantir diverses contributions et une participation significative aux mesures liées au climat et à l'environnement qui se solderont par des solutions plus équitables et durables.

Femmes autochtones au Canada

La relation physique, spirituelle et culturelle des femmes autochtones avec l'environnement est unique et varie selon les Premières Nations, les Inuits et la Nation métisse. La relation entre les femmes autochtones et la terre est souvent caractérisée par un sens des responsabilités allant du rôle de gardienne et d'enseignante des connaissances écologiques de la communauté à la prise de mesures visant à protéger la terre, l'eau, la nature et l'environnement.

Les femmes autochtones subissent les répercussions des changements climatiques, de la perte de biodiversité et d'un environnement changeant depuis des générations. Par exemple, l'insécurité alimentaire dans le Nord (en anglais seulement) touche de façon disproportionnée les femmes inuites, et les activités culturelles des femmes comme la langue, la récolte de nourriture et la cueillette de plantes médicinales peuvent être touchées par la perte d'accès à la terre. De nombreux aînés ont exprimé un sentiment de deuil écologique (en anglais seulement) associé à la perte de leurs connaissances et de leur identité liées à la connaissance de la terre, et à la perte d'un système culturel de connaissances axées sur la terre qui a été transmis de génération en génération.

Néanmoins, les femmes inuites, métisses et des Premières Nations sont des chefs de file de la conservation de l'environnement, et leurs connaissances et expériences quant à la lutte contre les changements climatiques et la perte de biodiversité contribuent grandement aux initiatives communautaires d'adaptation et d'atténuation. Elles continuent de diriger ces efforts malgré la prévalence et les répercussions persistantes de la violence systémique sur les femmes autochtones.

Direction que le gouvernement du Canada entend prendre

Les lettres de mandat publiées en décembre 2021 décrivent l'orientation et les priorités politiques du gouvernement du Canada. Certains engagements liés à l'objectif de développement durable 5 sont énumérés ci-dessous.

  • Continuer de soutenir les ministres qui travaillent pour faire avancer l'égalité des genres, notamment en ce qui a trait à la participation économique et à la prospérité, y compris la relance économique, le leadership et la participation à la démocratie, ainsi que la réduction de la pauvreté, la santé et le bien-être. (ministre des femmes et de l'égalité des genres et de la jeunesse).
  • Veiller à ce que les politiques publiques soient guidées et élaborées grâce à des perspectives intersectorielles, notamment l'application de cadres comme l'analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) et les indicateurs de qualité de vie lors de la prise de décisions (engagement pangouvernemental).

Contribution du gouvernement du Canada

Le Canada prend des mesures nationales et internationales pour prendre en compte les obstacles systémiques à l'égalité pour toutes les femmes, filles et personnes de diverses identités de genre. Il s'agit entre autres de travailler pour faire avancer l'égalité des genres et la diversité dans les domaines de la science, des technologies, du génie et des mathématiques (STGM) et à tous les niveaux du processus décisionnel.

L'outil d'analyse comparative entre les sexes plus (ACS+) du gouvernement du Canada est un processus analytique qui sert à évaluer les inégalités systémiques, ainsi qu'un moyen de veiller à ce qu'une perspective intersectorielle - une qui tient compte des différences biologiques (sexes) et socioculturelles (genre), ainsi que d'autres facteurs identitaires comme la race, l'ethnicité, la religion, l'âge, et les handicaps de nature mentale ou physique - est appliquée à l'ensemble des politiques, programmes et initiatives, y compris ceux qui sont liés à l'environnement, pour soutenir divers groupes au Canada de façon équitable. L'ACS+ consiste entre autres à adopter une approche tenant compte du genre et de la diversité dans tous les travaux. Dans le budget de 2018, le gouvernement du Canada a également introduit le Cadre des résultats relatifs aux genres, un outil pangouvernemental conçu pour suivre le rendement actuel du Canada, préciser ce qui est requis pour obtenir une meilleure égalité et déterminer la façon dont les progrès seront mesurés à l'avenir.

Le rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et ses appels à la justice demandait au gouvernement du Canada, ainsi qu'aux administrations provinciales, territoriales, autochtones et municipales, et aux partenaires autochtones de travailler ensemble pour élaborer un plan d'action en réponse aux problèmes cernés par l'Enquête. Cela a mené au Plan d'action national 2021 : Mettre fin à la violence contre les femmes, les filles et les personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones et à La voie fédérale concernant les femmes, les filles et les personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones disparues et assassinées.

Le Canada travaille pour renforcer sa relation avec les organisations de femmes autochtones. Le Canada conclut et met en œuvre des ententes pangouvernementales avec 3 organisations nationales de femmes autochtones : L'Association des femmes autochtones du Canada, Pauktuutit Inuit Women of Canada et Les Femmes Michif Otipemisiwak (tous en anglais seulement). Les ententes indiquent comment le gouvernement du Canada travaillera avec ces organisations pour s'assurer que les voix des femmes autochtones au Canada sont entendues. Le gouvernement travaille également avec des organisations communautaires de femmes autochtones et 2ELGBTQQIA+ pour aider ces organisations à présenter leurs priorités et leurs points de vue pour appuyer l'élaboration d'une politique fédérale, et pour s'assurer que leurs priorités, dont celles liées à l'environnement, à la perte de biodiversité et aux changements climatiques, sont mises de l'avant.

À l'échelle internationale, le Canada soutient un certain nombre d'instruments internationaux qui font progresser l'égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles dans le contexte de l'environnement. Le Canada continue de soutenir la mise en œuvre du Plan d'action pour l'égalité des sexes adopté conformément à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) (en anglais seulement), qui vise à augmenter la participation et le leadership des femmes dans la lutte contre les changements climatiques et à mieux intégrer les considérations liées au genre dans les plans et les politiques de lutte contre les changements climatiques.

Le Canada a également établi le premier Conseil consultatif sur l'égalité des sexes du Groupe des Sept (G7), qui aide à intégrer l'égalité des genres et l'analyse comparative entre les sexes pour tous les thèmes du G7, et soutient le Plan d'action pour l'égalité des sexes de la Convention sur la diversité biologique (CDB). Plus récemment, le Canada a appuyé des mesures visant à faire progresser la prise en compte des perspectives liées à l'égalité des genres en vue d'établir le Cadre mondial de la biodiversité pour l'après-2020. Le Canada a également occupé un rôle clé pour prôner l'inclusion des questions liées au genre lors de la mise en œuvre de la CDB.

L'engagement international du Canada relativement au financement de la lutte contre les changements climatiques est conforme à la Politique du Canada d'aide internationale féministe, qui vise l'égalité des genres et le renforcement du pouvoir des femmes et des filles. Consulter le chapitre 17 pour obtenir de plus amples détails.

Effectuez une recherche sur la stratégie pour connaître ses objectifs, ses cibles, ses jalons et ses plans d’action

Utilisez l'outil interactif

Télécharger la stratégie

SFDD 2022 à 2026

Version provisoire de la stratégie fédérale de dêveloppement durable 2022 à 2026